AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

bienvenue sur the white jewel !

l'équipe vous souhaite la bienvenue sur le forum qui a ouvert le 10 septembre 2017 !

n'hésitez pas à vous lancer dans l'aventure avec un scénario ou un pré-lien,
tout ceci sera récompensé par notre système de points (mais aussi par les rps feelsants qui suivront, ça va de soi )

n'oubliez pas que les compagnons doivent obligatoirement porté un pseudo ne contenant qu'un
prénom, rappelant leur infériorité du point de vue de la cité !

Partagez | 
 
et c'est parti pour le show et c'est parti tout le monde est chaud.

MORTAL BODIES, TIMELESS SOULS (CAIUS)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar



the black key

Messages : 97
the black key
MessageSujet: MORTAL BODIES, TIMELESS SOULS (CAIUS)   Mer 13 Sep - 15:13


   
MORTAL BODIES,
TIMELESS SOULS

Le faire. Ne pas le faire. Agir. Ou fermer les yeux. L’aider ? Ou rester dans l’ombre ? Dilemme dilemme. Et dire que ce ne sont même pas tes affaires. Que ce ne sont même pas tes amis. Quoi que. T’es proche d’elle. Maintenant plus que jamais. Vous avez cette connexion dans le regard. Cette même souffrance dans l’âme. Comment peux-tu rester indifférente face à ça ? Non, tu ne peux pas. Tu te dois d’agir. Tu te dois de les aider. Quand bien même tu n’es aucunement concernée dans cette histoire. Mais tu le leur dois bien, pas vrai ? Ils étaient proches, avant. Ils s’aimaient. Combien de fois, t’as détourné le regard, sentant le goût acre de la jalousie dans ta bouche ? Combien de fois, tu les as enviée ? Pour leur amour radieux et pour leurs vies innocentes ? Ils étaient heureux. Et maintenant ils sont brisés. Incapables de se parler. Et il s’inquiète de la voir comme ça. Qui es-tu donc, pour fermer les yeux face à leurs détresses et pour continuer ton chemin comme si de rien était ?

T’as changé. T’es plus cette veuve noire dénuée de sentiments. T’as percé ta carapace de froideur et de neutralité. Parce qu’ils te doivent bien ça. Eux, tous autant qu’ils sont. Ces protectrices et ces gens de la clé noire, qui t’ont recueilli et accueilli à bras ouverts. Qui t’ont laissé une place dans leur foyer pour que tu t’y sentes chez toi. Ta nouvelle famille. Une famille aimante et solidaire. Ça te change des Dolohov et de leurs sombres pensées. Bref. Tu te diriges vers le quartier général de la clé noire, déterminée à agir. T’as fait ton choix. Tu te fraies un passage dans les sombres couloirs, croisant chaque regard à la recherche de la bonne personne. Quand tu finis par la trouver, tu pousses un profond soupir. Son binôme est là, c’est parfait. Au moins tu n’auras plus à hésiter très longtemps. Tu te poses devant lui. Ou plutôt, tu t’imposes. « J’ai besoin de contacter Caius. Il me faut ton arcane. » La voix est sèche, sans appel. Le regard dur et le visage fermé. T’as pas changé du tout au tout non plus. Tu restes l’aînée de la famille Dolohov, éduquée pour commander. Formatée pour régner. Il pourrait très bien refuser ta demande. Mais au timbre de ta voix, cela n’en semble pas une. C’est un ordre. Qui es-tu, petite protectrice, pour lui ordonner quelque chose ? Il pourrait t’envoyer balader. Mais il ne le fait pas. Il préfère se coucher et incliner docilement la tête. « Merci. » Sourire fugace. Histoire quand même d’être un minimum polie et courtoise. Tu attrapes avec vivacité l’arcane qu’il te tend d’une main fébrile, avant de faire volte-face et de disparaitre dans les ombres qui vous entourent. Une bonne chose de faite.

Tu t’éloignes du quartier général pour te perdre dans les bois. Tu erres pendant quelques minutes, jusqu’à trouver une grande pierre où t’assoir. Tu vérifies pendant plusieurs secondes que tu es seule, écoutant les bruits autour de toi. Une fois que t’es sûre que c’est le cas, tu sors l’arcane et le tiens au creux de ta paume. Tu prends une grande inspiration, l’hésitation perçant encore dans ton esprit. De quoi tu te mêles, franchement ? Et s’il t’envoyait balader ? Ce ne sont pas tes affaires, ça tu ne cesses de te le répéter. Mais quand même… Il semblait tant souffrir devant la froideur de Lisbeth. Tu pousses un profond soupire, replaçant l’arcane dans ta poche tout en regardant autour de toi à la recherche d’un signe. Quelle décision prendre… Oh et puis merde. Tu ressors l’arcane et sans te laisser le temps de réfléchir plus que de raison tu l’actives. Si ça se trouve, il ne répondra même pas… L’objet scintille dans les airs et frémit pendant plusieurs secondes. Soudainement, une voix perce dans les airs en provenance de l’arcane. La voix de Caius. C'est parti. « Salut Caius. C’est Cendre. » Tu tousses pour t’éclaircir la voix, tentant tant bien que mal d’extérioriser le malaise qui semble s’être inséré en toi. « Excuse-moi de te déranger. Je te contacte pour… Pour te donner des nouvelles de Lisbeth. Si ça t’intéresse bien sûr. » Autant aller droit au but. Tourner autour du pot n’ayant jamais été ta spécialité. Un silence s’installe autour de toi tandis que l’objet vrombit toujours. T’as le regard braqué vers l’arcane, attendant avec fébrilité que la voix de Caius te réponde.


slow dancing in a burning room.
sombres pensées, sombres coeurs, sombres passés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



administrateur

Messages : 261
administrateur
MessageSujet: Re: MORTAL BODIES, TIMELESS SOULS (CAIUS)   Ven 15 Sep - 13:30

   
MORTAL BODIES, TIMELESS SOULS


La nuit est sombre. Le plafond de ses appartements où il ne se sent pas chez lui lui donne le tournis. Il est blanc, trop blanc, comme tous les murs. Ça brûle la rétine, mais il reste fixé sur ce toit sans couleur qui lui empêche d’apercevoir les étoiles. Autrefois, ils s’amusaient à les compter, main dans la main, le sourire éblouissant sur les lèvres. Ils n’avaient rien, une chaumière qui tombaient comme une épave, quelques os d’animaux sur lesquels ils pouvaient récolter un peu de viande, de l’eau uniquement à la rivière. Une vie de misère dans laquelle ils étaient pourtant si heureux. Un rien leur suffisait, même s’ils ne devaient se nourrirent que de leurs lèvres respectives. Aujourd’hui, il ne reste rien de tout ça, ni leur petite maison qui doit être en ruine, ni leur amour qui a fondu comme neige au soleil. Et il est là, entouré de joyaux et de diamants qui ornent chaque pièce du palais si grand que tu ne l’as encore jamais vu en entier. Et il se sent vide, comme il ne l’a jamais été. Insipide, dans le brouillard. La boule au ventre à chaque instant qui passe. Il se roule sur le côté, faisait face à la petite commode dans laquelle est rangée son armure de fer. Il la déteste, la hait, elle met encore plus de poids sur ses épaules qu’il n’en a déjà. Mais il est obligé de l’enfiler chaque matin, comme ce sourire faux sur les lèvres qui lui assèche la bouche. Il ferme les yeux, lassé de cette vision d’horreur, de toute sa vie qui s’envole en fumée entre ses doigts serrés. Il n’est plus le même, dévasté par les événements qui s’enchaînent et ne l’épargne pas. Il est fatigué de toute cette colère qu’il n’arrive plus à contrôler, de toute cette tristesse qui l’emplit trop profondément. Mais il y a ses plans, la clé noire profondément ancrée dans le coeur. Et c’est le cas de le dire. Sur son pectoral gauche, une clé noire est gravée à l’encre, vestige de sa première mission au sein de l’organisation secrète. Mais il n’y a pas que ça, oh non, il y a Jamie. Sa gueule d’ange qu’il aimerait brûler. Il imagine déjà lui faire mille et une tortures, lui arracher les yeux et lui couper la bouche pour ne plus jamais entendre sa voix froide et rieuse. Il va se venger car, de toute manière, il ne vit plus que pour ça, la vengeance.

Le diapason semble vibrer contre sa peau. Il sursaute et se redresse sur son matelas, décrochant avec rapidité l’arcane qui tombe sur les draps rugueux de son lit. L’objet s’élève dans les airs et cette vision lui réchauffe un peu le coeur. Il imagine déjà la voix d’Alenna retentir doucement dans la petite pièce. Il imagine déjà le sourire qu’il peut apercevoir à travers ses paroles. Son amie lui manque, terriblement, il aimerait attraper sa taille pour la soulever dans les airs, l’entendre rire jusqu’au coucher du soleil. Mais elle aussi, elle est enchaînée à une vie qui ne lui convient pas. Cependant, ce n’est pas la voix d’Alenna qui brise le silence. « Salut Caius. C’est Cendre. »  Il reste un instant si surpris que les mots ne sortent pas de sa bouche. Cendre, la protectrice provenant de la famille Dolohov, résidente à la clé noire après que ses parents l’aient traitée comme une sorcière. Elle tousse. Il reste silencieux encore un instant. « Excuse-moi de te déranger. Je te contacte pour… Pour te donner des nouvelles de Lisbeth. Si ça t’intéresse bien sûr. »  Sa voix le cloue sur place. Il manque d’air alors que son coeur bat la chamade. Lisbeth… Son prénom résonne dans sa tête comme un clairon. Il tremble imperceptiblement. « Cendre, bonsoir. » parvient-il à murmurer au bout d’un instant. « Lisbeth est… elle est bien rentrée à la rose blanche ? Comment va-t-elle ? » Une question stupide, évidemment. « Je veux dire.. Est-ce qu’elle combat ? Est-ce qu’elle accepte la présence des autres? »


❝ darkness is your candle...❞
From dust we are, so all the atoms that were them shall return… to the air and the wind and the trees and the earth and all the living things.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thewhitejewel.forumactif.com
 
MORTAL BODIES, TIMELESS SOULS (CAIUS)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Caius Juliunus
» Amsterdam Timeless
» [UPTOBOX] Mortal Kombat [DVDRiP]
» WANDERING SOULS ★ humanity is endangered.
» Inscriptions partie 80 - Mortal Kombat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the white jewel :: ( alternative styles of gameplay ) :: the tuning fork
where the voices come from
-
Sauter vers: